Rencontre avec l’as de la génuflexion

par | 11 Juil 2016

On profite de sa coupure estivale pour rencontrer Philippe LAU, numéro 1 du télémark en France. Le « Méribelois » qui prendra 30 ans cet été peut être fier de sa saison 2016 que l’on pourrait d’ailleurs qualifier de quasi-parfaite. Avec pas moins de 17 podiums dont 9 victoires sur 19 courses disputées, et l’obtention de 3 des 4 Globes (Globes du sprint, du parallèle et le gros Globe), il ne reste pas beaucoup de places pour les autres dans tout ça !

 

Philippe Lau en télémark de face

 

Avant de se mettre au ski pour de bon, Philippe s’essaye d’abord au hockey sur glace et au ski alpin. Puis à 15 ans, il se met au télémark pour voir autre chose mais aussi pour suivre son grand frère, Chris. Très vite il va se distinguer. À l’âge de 19 ans, il devient Champion du monde junior en géant et Champion de France de télémark. De là, les titres s’enchaînent. Il obtient la première victoire française en Coupe du monde en 2008. Vainqueur de la Coupe du monde en sprint en 2010, Champion du monde en sprint et au général en 2011. Avec pas moins de 34 podiums en Coupe du monde dont 17 victoires et 11 Globes de cristal au total, il devient très vite le leader de l’équipe de France. Histoire de famille sans doute, puisque ses frères Chris et Sven ont eux aussi une facilité déconcertante sur leurs skis. A eux trois, ils possèdent le plus gros palmarès de l’histoire du télémark français !

En plus d’être sportif de haut niveau, le télémarkeur est moniteur de ski à l’École de Ski Français. L’avantage est qu’il peut adapter son temps de travail à un calendrier de compétitions bien chargé. Quand on lui demande comment il se voit dans 10 ans, Philippe nous répond qu’il n’en sait rien… mais qu’il compte bien savourer chaque victoire sportive et chaque instant de la vie ! Pour notre part, nous n’avons qu’une chose à ajouter : continue de nous faire vibrer encore longtemps !

 

Philippe Lau en télémark de dos

P’tite note de l’auteur

Le télémark est en fait l’ancêtre du ski alpin. Il fut inventé en Norvège au XIXe siècle. Ensemble des techniques du ski nordique adapté au ski de descente, il se pratique talon libre, non fixé au ski. Les mouvements réalisés sont fluides et dynamiques ce qui permet d’exécuter des virages harmonieux dits “virages télémark”. Avec le télémark, tout est possible : piste damée veloutée, poudreuse matelassée, grosse pente engagée, sauts freestyle et même montée en rando avec des peaux de phoque. En bref, que du bonheur pour les glisseurs modernes qui aiment attaquer tous les types de neiges !

newsletter-icon-flat

Et recevez toute l’actualité de Nomadine et ses dernières nouveautés en priorité !